Menu

Sensibiliser à la lutte contre la désertification

Afin d’éclairer les problématiques et les enjeux liés à la désertification, les membres du ReSaD mettent à disposition une diversité d’outils de sensibilisation. Ces derniers sont à destination du plus grand nombre, du néophyte au public spécialisé, car la lutte contre la désertification nous concerne tous.

Sensibiliser le grand public à la lutte contre la désertification et la gestion durable des terres

Le 17 juin est un jour à noter dans vos agendas ! Chaque année, c’est à cette date que se tient la journée mondiale sur la lutte contre la désertification, à laquelle le ReSaD participe de manière active.

Chaque année, à l'occasion de cet évènement médiatique international, de nombreux pays organisent des activités afin de rappeler à tous l’urgence de la situation dans les zones arides soumises à la désertification. Il s’agit entre autre de diffuser largement sur les actions qui sont menées par les associations sur le terrain, et les orientations prises par les politiques pour essayer d’endiguer ce phénomène.

Chaque année, le ReSaD participe de manière active à cette journée en menant différentes activités.

En 2018 : 

En 2017 :

Sensibiliser les jeunes à la désertification et à la gestion durable des terres

Le jeune public plus que tout autre, est une cible privilégiée pour le ReSaD. Ce sont les jeunes générations qui seront en charge de gérer nos terres et qui seront amenées à faire des choix stratégiques pour elles-mêmes et pour leurs territoires. A ce titre, il est indispensable de leur proposer des outils adaptés.

Trois artistes sahéliens mobilisés

Dans le cadre des actions du réseau et notamment par le biais du projet Fleuve, le ReSaD a collaboré avec divers artistes engagés au Sahel, proposant des morceaux de musique mixant langues locales et français, portant un message fort pour une meilleure gestion des territoires.

  • Joey le Soldat - Sahel Saalga. Au Burkina Faso, c’est l'artiste Joey le Soldat qui a souhaité contribuer à ce projet en proposant un morceau de rap.
  • Mariam Koné - Dja Kele. Au Mali, c’est Mariam Kone qui a proposé un morceau aux inspirations de musique traditionnelle acoustique. 
  • Kildjate Moussa Algade - Ikalananagh. Au Niger, c’est Moussa et le groupe Tisdass qui ont souhaité participer à cette dynamique en proposant un morceau de musique Touareg. 

Leur but commun ?

Renvoyer aux jeunes générations un message fort, redonner espoir et prôner le retour dans les territoires ruraux. Collaborer, travailler ensemble, lutter afin de faire évoluer son pays… de grands thèmes repris ici dans le cadre de la lutte contre la désertification, pour inviter les jeunes à s’investir dans l’avenir de leurs terres.

Ces premières collaborations ont été réalisées avec l’association CARI et Rascaprod, maison de production basée à Ouagadougou au Burkina Faso.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.